Les 6 commandements pour ne plus se faire voler son vélo

Que vous veniez de vous offrir la jolie bicyclette pour laquelle vous avez économisé toute une année ou que vous chérissiez tous les jours le vélo que Papi vous a donné, pas question de vous le faire piquer ! On vous prouve qu’avec quelques règles de dissuasion, appliquées systématiquement, le vol de votre vélo ne sera plus une fatalité.

 

1. Choisir pas 1 mais 2 antivols

Ne pas se faire voler son vélo commence évidemment par l’attacher correctement. Rien de mieux qu’un bon antivol pour ce premier commandement. Certes, aucun antivol sur le marché n’est 100% inviolable en revanche, il vous est possible de décourager le voleur au point qu’il n’ait plus envie de s’attaquer à votre précieux biclou. Attachez d’abord le cadre grâce à un antivol type U court et épais, puis la roue avant avec le cadre grâce à un antivol type U long ou un antivol pliant. C’est un petit budget tout de même mais il est IN-DIS-PEN-SABLE !

 

2. Attacher son vélo dans un lieu “visible”

Même lorsqu’on a deux bons antivols, il est probable que le voleur soit (très) bien équipé lui aussi. Il faut donc jouer le temps ! Détruire deux antivols de qualité est très compliqué donc long et ça l’est d’autant plus si le voleur est sans cesse interrompu. Privilégiez donc les parkings à vélo situés dans des lieux passants et évitez la petite rue où le voleur pourra tranquillement faire son affaire. Évidemment, attachez-le systématiquement à un point fixe, le port d’attache est tout aussi important que l’attache elle-même.

 

3. Faire marquer le vélo

Depuis le 1er janvier 2021, le marquage des vélos neufs est obligatoire pour les revendeurs. Il s’agit d’une sorte de plaque d’immatriculation unique pour chaque vélo. Si vous étiez déjà l’heureux propriétaire d’un vélo avant cette date et qu’il n’est pas marqué, ne tardez plus à y remédier en déboursant 10 à 30 € chez un vendeur de vélos. Seul le marquage peut vous permettre de prouver que le vélo est votre propriété si d’aventure il est retrouvé, et ainsi lui éviter de finir éventuellement à la fourrière.

 

4. Retirer les équipements de son vélo

Un vélo électrique sans batterie a beaucoup moins d’intérêt pour un voleur, alors même si c’est lourd et encombrant, emportez toujours la batterie avec vous. Même si ce n’est pas ce qui fera la différence, c’est valable aussi pour les sacoches et pour tout autre équipement dont vous agrémentez votre vélo, et qui se démonte facilement.

 

5. Installer une alarme

Il n’y a rien de plus dissuasif qu’une alarme qui retentit. Dissimulée dans le cadre, sous la selle du vélo ou même intégrée dans l’antivol, elle fera fuir le voleur. Elles ne coûtent en général pas très cher et sont, à notre sens, l’arme de défense ultime.

 

6. Ajouter un système de géolocalisation

Beaucoup de vélos peuvent désormais être connectés et géolocalisés alors pourquoi pas le vôtre ? Contrairement à l’alarme, la géolocalisation n’est pas infaillible car les vélos volés finissent souvent dans un parking souterrain ou un lieu avec peu de réseau. Que ce soit dans la Métropole du Grand Paris ou à l’étranger, il est très difficile d’identifier le lieu précis où est stocké le vélo, même si ça peut aider quand on réagit très vite après le vol.

 

 

Bons plans, sorties, événements et balades à vélo… Une fois par mois, Vélib’ vous fait découvrir la Métropole du Grand Paris autrement !