Promenons-nous dans les bois… Et pourquoi pas celui de Vincennes !

Les beaux jours approchent. C’est l’occasion de (re)faire un tour au Bois de Vincennes et de découvrir quelques infos insolites pour regarder d’un nouvel œil ce poumon vert emblématique de la capitale. Enfourchez votre fidèle destrier pour une virée au vert !

Départ : Station n°12032 Porte Dorée

Arrivée : Station n°41301 Bois de Vincennes – Gare

Distance parcourue : environ 8 km

Temps de la balade : environ 1h – pas de dénivelé particulier

 

A l’orée du bois…

©Parigot sur Wikicommons, Porte Dorée

 

Et si on vous disait que « Porte Dorée » ne fait pas ici référence à la couleur de la statue mais bel et bien à la situation de l’ancienne porte de Picpus ? Celle-ci se trouvait en effet à l’orée du bois !

Érigée en 1931 en haut du grand escalier du Palais, cette statue nous évoque une Marianne avec son bonnet phrygien, sa balance symbolisant la liberté, la justice et l’égalité. Détrompez-vous ! Il s’agissait en réalité d’une allégorie de la « France colonisatrice », incarnant, à l’époque, la puissance et le rayonnement de l’Empire. Aujourd’hui, elle est la gardienne du musée national de l’histoire de l’immigration et de l’aquarium qu’abrite le palais de la Porte-Dorée. Voilà un rebondissement dont seule l’Histoire a le secret.

 

Face à l’entrée principale du Palais de la Porte Dorée, passez par le square Van-Vollenhoven en longeant l’avenue Laperrine – respectez les piétons – continuez tout droit sur l’avenue Charles-de-Foucauld. Arrêtez-vous face à la rue du Cardinal-Lavigerie, à l’entrée des grilles vertes derrière lesquelles se déroule parfois la Foire du Trône (Cette année, rendez-vous du vendredi 1 avril au dimanche 29 mai).

Passez les grilles vertes et prenez l’allée centrale jusqu’à l’autre bout, où les grilles s’ouvrent sur la route Domaine Pérignon.

Attention : si jamais l’accès est impossible, faites simplement le tour en longeant les grilles par la route de Reuilly (à droite des grilles). Prenez la piste cyclable de l’avenue de Gravelle puis à gauche route de la Plaine et à gauche route Domaine Pérignon (N.B. : toutes ces routes sont bitumées).

 

 

 Jeux d’enfants : la pelouse de Reuilly

 Si cette pelouse est bien connue des métropolitains pour accueillir depuis 1964 la Foire du Trône, auparavant située place de la Nation, sachez qu’elle divertissait déjà les flâneurs pendant les années 30. A l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931, un « parc des attractions » se dressait au même endroit. Si à l’époque ce type de parc était d’abord construit pour le plaisir des plus grands, les enfants s’y pressaient eux aussi pour dévaler les montagnes russes, en quête de sensations fortes.

©Reproduction du temple d’Angkor Wat à l’Exposition Coloniale de Paris, 1931, Scan de CPA, Editions Braun, sur Wikicommons

 

La pelouse abrita également une reconstitution colossale du temple d’Angkor Vat.  La coupole centrale atteignait 55 mètres de haut et l’ensemble de la construction occupait 5 000 mètres carrés, soit l’équivalent d’un terrain de foot !

 

Prenez à gauche la route Domaine Pérignon pour aller vers le lac Daumesnil. Arrivé.e au lac, longez-le vers l’est (la droite).

 

 

Un saut dans le passé : la Grande Pagode

©Pagode de Vincennes_bea75012 sur instagram

 

Regardez bien ce bâtiment iconique du bois de Vincennes, saviez-vous qu’il avait été construit comme « pavillon du Cameroun »de l’Exposition coloniale de 1931 ? Observez le toit, il est composé de 180 000 tavaillons[1] de bois de châtaignier taillés à la hache. Il fut imaginé par Louis-Hippolyte Boileau, architecte de l’Hôtel Lutetia, et Léon Carrère.

Devenu musée des industries du bois de 1933 à 1971, cet espace fut transformé en centre bouddhique international en 1977.

Sa particularité ? Derrière ses lourdes portes se cache le plus grand Bouddha d’Europe, d’une hauteur de 9 mètres, entièrement doré à la feuille. Il protège également des reliques qui auraient appartenues au Bouddha historique.

 

Retournez près du lac et longez-le jusqu’à avoir vue sur le rocher du Zoo de Vincennes.

 

 

A l’abri du rocher : le Zoo de Vincennes

Admirez-le depuis notre point de vue préféré, face au pavillon de l’amour, sur l’Île de Reuilly. En 1934, le Muséum d’Histoire Naturelle construit ce zoo, si innovant pour l’époque. Il s’inspire de celui de Hambourg, premier zoo sans barrières mais avec des fossés, donnant aux spectateurs l’impression d’une liberté apparente des animaux. Aujourd’hui, ce sont 5 « biozones » qui reconstituent les écosystèmes d’environ 180 espèces et plus de 2 000 animaux.

©Rocher zoo de Vincennes par Kari Nousiainen, sur Flickr

 

Une info insolite ? Si le rocher de 65 mètres de haut est devenu un emblème du parc, c’est d’abord pour des raisons esthétiques qu’il fut construit : il avait pour fonction de cacher les locaux techniques, peu raccords dans ce décor voulu le plus naturel possible.

 

Quittez le lac en montant la petite allée vers l’avenue de Saint-Maurice. Traversez aux feux piétons en mettant piedàterre. Longez brièvement le bois sur la droite jusqu’à tourner à gauche, route des batteries (bitumée). Continuez ensuite sur l’avenue des tribunes. Tournez à gauche allée des buttes, jusqu’à atteindre le grand rond-point verdoyant avec vue sur le château de Vincennes. Prenez la troisième sortie, route Saint-Hubert, et continuez tout droit. Soyez très vigilant.e en traversant par deux fois la piste des cyclistes à l’entraînement : l’arrêt d’urgence est dangereux pour eux qui roulent en peloton ! Continuez tout droit, jusqu’au rond-point de Mortemart. Prenez la troisième sortie, route de Mortemart. Traversez l’avenue du Tremblay. Continuez tout droit, route du bosquet Mortemart. Traversez le ruisseau et prenez à droite, route des merisiers. Puis tournez à gauche avenue de la belle Gabrielle.

Prenez l’avenue des châtaigniers (Nogent-sur-Marne), en face de l’entrée du Jardin d’Agronomie Tropicale puis la première à gauche, avenue de la source, jusqu’à l’avenue Georges Clémenceau. Vous trouverez sur votre droite la station Vélib’ n°41301 Bois de Vincennes – Gare.

 

 

Pour aller plus loin : le Jardin d’Agronomie Tropicale

 Après avoir déposé votre Vélib’, faites demi-tour pour déambuler dans le Jardin d’Agronomie Tropicale, situé au 45 avenue de la Belle Gabrielle : découvrez-y un portique chinois, de nombreuses reconstitutions immersives comme un pont Khmer et l’esplanade Dinh… un véritable voyage !

©Jardin d’agronomie tropicale de Paris par arthistoryshutterbug, sur instagram

 

 

[1] Revêtement du toit, sorte de tuile.

Bons plans, sorties, événements et balades à vélo… Une fois par mois, Vélib’ vous fait découvrir la Métropole du Grand Paris autrement !