Facebook Twitter Newsletter

Menu
La fabrication et l’entretien des Vélib’
jeudi 18 octobre

La fabrication et l’entretien des Vélib’

0Je partage

Publié le 18/10/2019

Vélib’ Métropole fait appel à des entreprises françaises référentes dans le domaine du cycle pour la conception, la fabrication et le recyclage des pièces emblématiques du Vélib’ et des stations.

Afin d’équiper et de réparer plus de vélos chaque jour en pièces techniques comme les freins, les pneus et les vitesses, Vélib’ s’approvisionne chez les meilleurs spécialistes mondiaux de pièces détachées, lorsque le marché français n’en fabrique pas (ou dans des volumes trop faibles).

Les pièces principales du Vélib’ sont fabriquées en France

Chez Velox (35), on construit les roues des Vélib’.

Le guidon et la fourche du Vélib’ sont fabriqués chez BA Usinage (74).

NGI (72) fabrique les pièces comme le panier, le garde-boue arrière ou encore les bornettes en station.

Pas moins de 5 entreprises interviennent sur la fabrication des V-Box et de leurs composants : la fonderie Charles Lauzier (38) et DGC Industries (74) fabriquent le boitier en aluminium, AEL (42) et Resilec (69) produisent et étanchéifient les cartes électroniques et l’entreprise d’insertion ADTP (74) assemble toutes les pièces et les câblages.

L’assemblage final de toutes ces pièces est ensuite effectué chez Arcade Cycles (85) pour les Vélib’ électriques et à la Manufacture Française du Cycle (44) pour les Vélib’ mécaniques.

Un cercle vertueux de recyclage

Le recyclage est central dans le cycle de maintenance des Vélib’. Ainsi, les pièces réutilisables des Vélib’ endommagés qui passent en ateliers sont reconditionnées et utilisées par l’entreprise Velox, accompagnée de Cycle Aide (Etablissement d’aide par le travail) qui reconstruisent de nouvelles roues.

Les pièces détachées proviennent des meilleurs fournisseurs mondiaux

Avec des pics de 175 000 courses quotidiennes, Vélib’ Métropole est le plus grand service en station de vélos électriques et mécaniques partagés au monde.

Un Vélib’ est utilisé quotidiennement entre 9 et 10 fois, contre 4 à 5 fois dans un système de location de vélos en libre-service classique. Cette forte demande entraîne une usure naturelle des pièces, à laquelle peuvent s’ajouter des dégradations volontaires.

Chaque jour, les mécaniciens réparent ainsi plus de 800 vélos : 500 vélos dans les ateliers de Villeneuve-la-Garenne et Alfortville, qui sont ensuite remis en circulation, et plus de 300 directement en station.

Autant de batteries de Vélib’ électrique, de freins ou encore de dérailleurs pour lesquels Vélib’ fait appel aux entreprises leader du marché, à l’expertise et la qualité des produits reconnues, capables de produire et livrer en grande quantité.

Dans le cadre de l’amélioration continue du service, des essais sont par exemple en cours avec des pneus provenant de différents fournisseurs comme Michelin, Kenda et Schwalbe afin de définir les pneus les plus résistants face à la topographie irrégulière de la Métropole et aux utilisations intensives des Vélib’.

X

Articles à la une

Voir tous les articles...